Operas

  • Maria Republica

    “Grand prize of the critic” 2015- 2016
    “Best musical creation”

  • HIP 127 LA CONSTELLATION DES CIGOGNES

     

    Les premières notes de l’orchestre symphonique saisissent le noir du plateau. Dans leurs respirations, un halo clair-obscur fait apparaître un corps, puis deux, puis huit (sept jongleurs et une chanteuse lyrique) au centre d’un cercle bleu nuit plein se dévoilant au sol. Ombres verticales et ténues…

    Natacha Margotteau

  • La gaîté parisienne

     

    Si le danseur japonais fascine, les autres protagonistes de ce superbe ballet défendent magnifiquement la chorégraphie de Maurice Béjart. (…) l’enchaînement des scènes est rythmé (…) le chef français Daniel Kawka dirige tout ce beau monde avec une belle précision, autrement plus demanderesse pour le ballet que pour l’opéra.

    Jacques Schmitt, ResMusica

  • Les Mamelles de Tirésias

    Opéra bouffe en deux actes avec prologue
    Livret de Francis Poulenc, d’après la pièce de Guillaume Apollinaire

  • Les Dialogues des carmélites

     

    Directeur Daniel Kawka
    Mise en scène Leo Muscato
    chef de chœur Franco Sebastiani
    scene Federica Parolini
    costumes Silvia Aymonino
    disegno luci Alessandro Verazzi
    assistente alla regia Alessandra De Angelis
    assistente alla regia Maria Selene Farinelli
    assistente …

  • Pelléas and Mélisande

     

    The balances, the breaks, all a force of admiration.
    One of the great performances of Pelleas, it is nigh on impossible for me to quote a conductor who has satisfied me more even when one has the discs of the greatest names and orchestras available, and very well mastered.

    David Le Marrec, Carnets de sol, 6 avril 2014 à :: Autour de Pelléas et Mélisande ::

  • Der Ring

     

    A deep orchestra pit helps to ensure that the orchestral sound remains rich while not swamping the singers. And under the baton of Daniel Kawka, the “Richard Wagner European Orchestra” turned in a performance fit to grace any opera house on the planet. The orchestral textures were sumptuous and there was a constant sense of forward impulse from beginning to end. …

  • Tristan & Isolde

     

    Not for a long time have we heard Tristan so sensual and electric, between ecstasy, abandon, tenderness and bitterness. The radical violence taking place is more explicit: Tristan, tragic opera and languorous? Not the case in DanielKawka’s eyes…

  • Tannhauser

     

    Molto applaudita la direzione nitida e perfetta del giovane Daniel Kawka e la prova sicura nel ruolo di Elizabeth di Martina Serafin. Menzione per gli infiniti costumi di artisti e comparse, curati da Anna Biagiotti.

    Andrea Daz, 06/09/09

  • Turandot

     

    somptuous and exceptional production

    Jean-Marcel Humbert

  • Ariane & Barbe-Bleue

     

    Daniel Kawka’s direction achieves again miracles in the Dijon’s orchestra pit

  • Le Château de Barbe-Bleue

     

    L’Orchestre National des Pays de Loire est littéralement galvanisé par Daniel Kawka, maître absolu de cette complexe partition. Un spectacle au fort contenu émotionnel.

    Maxime Caprielian, Resmusica

  • Cosi Fan Tutte

     

    Ha completato al meglio il tutto – grazie anche all’impeccabile direzione di Daniel Kawka, sul podio dell’Orchestra filarmonica marchigiana – quel luminoso insieme di teatro e musica che il genio salisburghese aveva saputo esprimere.

    Cronache Anconetane, 22 gennaio 2011

  • Divorzio All Italiana

     
    Divorzio all’italiana, Giorgio Battistelli
    world first.

  • Le dialogue des carmélites

     

    Ce succès aura été le fruit d’un projet de réelle co-production artistique franco-coréenne.

    La gazette de Séoul

  • Julie

     

    Equilibre, soulignons-le, qui tient aussi bien sur le fond que sur la forme, à la perspicacité de Daniel Kawka. Sa direction tranchante et précise comme le fil du rasoir qui vient sceller le drame par le sacrifice de l’héroïne, découpe l’espace de cette tragédie antique avec une intelligence et une habileté sans faille…

  • J’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne

     

    … Il faut enfin souligner la qualité de la direction de Daniel Kawka, lui aussi soumis à rude épreuve, impeccablement précis mais jamais sec, qui a donné au spectacle son rythme et sa tension.
    Toute création est un pari. Celui-là est gagné.

    Didier van Moere